Guy Cabanel (Béziers, 1926) est ce poète qui « aspire à une découverte qui ne pourrait avoir lieu autrement, et chacun de mes mots que définitivement je pose m'ouvre un horizon nouveau ».

Il mettra dix ans pour écrire son premier recueil « A l'animal noir », que Breton accueillera chaleureusement en 1958.

Travaillant en étroite collaboration avec son ami le peintre et dessinateur Robert Lagarde, il participe à partir de cette date à l'aventure surréaliste. Publié – entre autres- chez Losfeld, l'Ether vague, Quadri ou Fata Morgana, il y sera également illustré par Jean Benoît, Jorge Camacho, Adrien Dax, Mimi Parent, Jean-Claude Silbermann et Toyen.

A diversifier les chemins du mythe, à multiplier les Jeux du « passage à la Ligne », la fécondité de l'œuvre – celle publiée, celle inédite – jamais ne redit de ces anabases rituelles qui sont comme une respiration-inspiration naturelle du poète.


(2e de couverture du recueil "Le Verbe Flottant", chez Quadri)