15 avril 2009

A une beauté cassée

Les nuages Chevauchés vibrent, Tristes gorges Ternes, miaulent. Là-haut le vent Mordu secoue Sa colère mouillée Sa moue ruinée. La nuit royale sans Palabre ni Chenilles frise Le feu qui la meut. C’est une musique à côté Chantée dans l’eau des forêts, Vapeur couchée Aux lèvres rompues. Un saut De carpe fleurie Enchante la Maison du voyageur. Guy Cabanel  (extrait du recueil inédit "Illisible")
Posté par charp à 12:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]